Rechercher
  • Sama Queendom

Nouvelle page

Cela fait plus de deux ans que se succèdent en moi des idées d'articles.


Mon journal est rempli de notes, mon portable de "mots-clés" pour m'en souvenir. Pourtant, je ne me décide jamais à élaborer. J'ai pris comme excuse le manque de temps, la fatigue, le bruit du monde qui empêche l'esprit de s'apaiser. Le "focus" sur mon compte Instagram ces derniers temps. Aujourd'hui même j'ai presque pris la finale de la CAN comme échappatoire.


En réalité, en interrogeant mon cœur, j'y trouve une peur. La peur de ne pas trouver le mot juste. Celle de ne pas t'honorer comme il le faudrait, toi qui me confies un peu de ton temps. Je pense que ce phénomène est à la racine de beaucoup de "


Pages Blanches". Voir l'écriture uniquement avec le lecteur comme finalité. On écrit en se demandant "mais qui va me lire même ?". Cela a du sens quand on pense marketing, stratégie. Mais si cette pensée précède dans l'esprit la nécessité d'écrire tout court, c'est problématique.


Ces dernières années j'ai suivi des ateliers d'écriture. Bon ce n'est pas pour me faire mousser hein, mais je pense que j'ai su travailler et trouver mon style. Je me suis penchée sur l'écriture, j'ai décidé de la prendre plus au sérieux. Mais lui donner toute son importance, c'était aussi avoir des attentes envers moi-même. Je voulais écrire quelque chose digne d'être lu.


Or, l'œuvre de l'artiste n'a pas besoin d'être vue pour exister. Mon art vit, même sur un papier oublié au fond d'un tiroir. Qu'il soit lu par une personne ou par le monde, il n'en reste pas moins l'expression de mes pensées les plus intimes. Il n'en est pas moins libérateur pour moi.


Ecrire reste nécessaire à mon équilibre. C'est un temps où mon esprit se laisse emporter, en harmonie avec les battements de mon cœur. Où ma pensée coule librement dans mes veines et apaise mon corps. Dans ce moment, je ne fais de concession pour personne. Alors pourquoi avoir peur du regard du lecteur ? Certes, c'est toujours un peu effrayant de se dévoiler ainsi. C'est tellement personnel.


Mais là est ce qu'il y a pour moi d'incroyable. Peu importe à quel point je pense qu'un texte est personnel. Peu importe si je sens qu'il est égoïste et n'est que le reflet des questionnements de mon esprit. Il y a quelque part quelqu'un qui me lit et s'y reconnait. Ou au contraire quelqu'un qui y découvre une autre façon de penser, de vivre.



Je ne sais pas si tout ça fait sens pour toi. Pour moi en tout cas, c'est autant de raisons pour lesquelles j'ai décidé de rouvrir cet espace. Si ma plume reste vivante, même cachée au fond d'un tiroir, elle devient tout de même plus utile une fois partagée. L'important est qu'au moment d'écrire, je sois alignée avec ces deux idées complémentaires. J'écris pour moi d'abord, avec la conscience de ne partager qu'ensuite. Cela m'épargne bien des questionnements, m'empêche de me dresser des barrières.


Bref, je sens de nouveau le besoin de partager. J'espère le faire toutes les deux semaines pour commencer. Je te partagerai mes billets, mais aussi des Nouvelles que j'ai rédigées ces dernières années. Mon retour sur des lectures. Ou, comme d'habitude, mes idées sur des faits de société, nos vécus. J'espère que tu seras là.



N'hésite pas à t'abonner pour recevoir une notification. Tu peux aussi m'envoyer un message, un email. Ou simplement me laisser un commentaire pour me dire ce que tu penses de cet espace, cette nouvelle page. Est-ce que tu me lisais avant ? Ou est-ce la première fois ? Dis-moi tout.


A très bientôt,


Marième



*** Mood du Jour ***


J'ai toujours fini mes billets avec un "mood du jour". Aujourd'hui c'est la Kora de Toumani Diabaté qui m'a accompagné tout au long.










108 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout